Choix du bateau

La aussi, il faut bien réfléchir au voilier que vous voulez louer. La location permet de naviguer sur des bateaux très différents, profitez-en !! Hors de question d’être sectaire, du genre : « moi, un catamaran, jamais !! » Au contraire, plus vous essaierez d’embarcations différentes, plus vous affinerez votre propre idée de ce qu’est pour vous le voilier idéal pour votre programme de navigation.

Je vous livre quand même quelques réflexions personnelles qui peuvent être importantes à prendre en compte si vous hésitez sur le type de bateau à louer.

 

Il faut vraiment adapter le bateau au programme de navigation. Pour les destinations exotiques, Antilles, Polynésie, Seychelles, je préfère de loin le catamaran. Rapide, confortable, offrant un bel espace de vie avec très souvent un carré de plein pied avec le cockpit, il vous permet d’approcher très près de la plage, parfois d’y poser vos étraves… En Polynésie par exemple, il permet d’avancer très loin sur le plateau corallien, près de la barrière de corail, quand les monocoques resteront tout proches du chenal. Aux Antilles, quand l’alizé souffle, il permet d’approcher le rivage pour rechercher la zone de calme, à l’abri des reliefs et de la végétation. Si vous partez avec des enfants ou des adultes inexpérimentés, l’absence de gîte sera particulièrement appréciée. Si vous partagez la location avec plusieurs couples, les cabines volumineuses aussi bien à l’avant qu’à l’arrière limiteront les problèmes de répartition des cabines à l’arrivée… L’habitabilité importante diminue le risque de problèmes de cohabitation, chacun pouvant s’isoler s’il le souhaite, sur le trampoline, sur le rouf, dans le cockpit ou dans le carré… Les 2 moteurs facilitent les manœuvres, le catamaran tournant littéralement sur place quand vous mettez un moteur en marche avant et l’autre en marche arrière. Tous les modèles récents sont gérables en équipage réduits, voire seul, car ils doivent pouvoir être loués avec un skipper professionnel qui prendra en charge la bonne marche du bateau. Bref, c’est le type de bateau qui n’a pas beaucoup d’inconvénients. C’est essentiellement son encombrement dans les ports qui constitue son point faible, d’ou des tarifs de nuit assez prohibitifs, comptez environ 100 euros la nuit pour un 49 pieds à Saint-Barthélémy par exemple.

Pour les destinations exotiques, faites vous plaisir: rien de mieux qu'un cata !!

 

Certains catamarans ressemblent à des arbres de noël le soir venu avec de nombreux spots intérieurs, extérieurs, voir même sous l’eau… !! Renseignez vous soigneusement au départ sur l’autonomie : y a-t-il un générateur ? y a-t-il des panneaux solaires ? de combien disposez vous d’ampères dans le parc batterie ? Certains bateaux nécessitent 3 à 4 heures de moteur quotidiennement pour pouvoir assurer toute la consommation des équipements de bord.

Très souvent plus cher qu’un monocoque, il permet aussi de partager les coûts si vous partez avec des amis ou une autre famille grâce à sa grande capacité de couchage, comptez 8 à 10 personnes dès la taille de 40 pieds en fonction des modèles.

C’est un bateau extrêmement séduisant qui déclenchera à coup sûr votre enthousiasme, mais méfiez de l’adage : « qui a essayé un catamaran ne retourne pas sur un monocoque » !!!

 

Et pourtant, malgré mon intérêt certain pour les catamarans, il est une mer sur laquelle je n’envisage pas de naviguer sur autre chose qu’un monocoque : la Méditerranée…

En effet, au contraire des destinations exotiques ou vous fuirez les ports, souvent sans intérêt,  pour rechercher les mouillages sauvages, en Méditerranée, vous apprécierez rentrer dans les ports, faisant souvent partie des centres historiques des villes. Il serait dommage de manquer Calvi, Bonifacio, etc, etc, … Or, les catamarans sont rarement les bienvenus dans les ports méditerranéens, car trop larges, ou alors, si vous arrivez à décrocher une place, il vous en coutera le prix de 2 places de monocoques, ce qui devient vite dissuasif… A Porquerolles, impossible de décrocher une place de catamaran en saison, vous serez au mieux placés sur un quai sans eau ni électricité…

Le monocoque: idéal pour la Méditerranée: ici, en Océanis 40 aux Sanguinaires, en Corse.

 

N’oubliez pas que même en saison estivale, la Méditerranée peut être régulièrement agitée par des coups de vents violents qui peuvent durer plusieurs jours. Vous serez bien contents de pouvoir vous mettre à l’abri au port quand le mistral souffle à Force 7 pour découvrir les ports, villes et villages du littoral, alors que les skippers de catamarans mouillés près de la plage ou dans la baie resteront à bord pour surveiller que le mouillage ne dérape pas. En Juillet 2011, le littoral corse a été secoué d’une quinzaine de BMS, essentiellement sur le Nord et le Sud. A Saint-Florent, certains plaisanciers sont restés bloqués pendant 10 jours. Imaginez vous au mouillage en catamaran à surveiller votre ancre… Nous avons été bloqués 4 jours à Propriano, au port, ce qui ne nous a pas empêché de louer une voiture pour visiter les environs alors que dans la baie, les catamarans luttaient pour ne pas déraper !!

Quand vous préparerez votre itinéraire en catamaran, il vous faudra être particulièrement vigilant à la météo car il sera plus difficile de trouver des refuges en cas de coups de vent, surtout que le poids et le fardage des multicoques actuels les rendent plus vulnérables au mouillage. 

Juillet 2012: à l'abri de la Citadelle de Calvi pendant un coup de vent d'Ouest... Le privilège en monocoque, pendant que les catamarans luttent dans la baie...