Les îles d'Anguilla

 

Sandy Island

 

A moins de 2 MN dans l'Ouest de Road Bay, Sandy Island est un îlot de sable quasi nu, si l’on excepte une case colorée en bois qui sert de bar et où l’ambiance est toute antillaise… C’est un lieu très photogénique, un peu « carte postale » bref, ce qu’on vient chercher quand on prépare une croisière aux Antilles !!. Impossible de l’aborder autrement que par le Sud en étudiant bien la carte au préalable. Pas de grosses difficultés cependant, la zone de mouillage est repérable par les bouées de mouillage qu’il faut prendre. Sandy Island faisant partie des parcs marins d’Anguilla, vous ne pouvez pas ancrer, préparez donc à l’avance votre manœuvre de prise de coffre.

La barrière de corail enserre l’île tel un anneau quasi infranchissable, et seule une passe permet d’accoster en annexe sans risque pour l’hélice. Faites très attention à bien la repérer du pont de votre bateau (on la repère mieux avec un peu de hauteur) et n’oubliez pas que dans bien des contrats de location, la caution ne s’applique pas à l’annexe et que par conséquent, en cas de dégâts, vous risquez d’y laisser quelques euros…

Quelques bois-flottés et un peu de végétation grasse au ras du sol permettent de jolis clichés, lâchez vous !! Et si le bar est ouvert, vous apprécierez le Ti-punch sur la plage !!

 

Les Prickly Pears

 

En quittant Sandy Island, en direction du Nord-Ouest, à 5 MN, on touche le paradis aux Prickly Pears !! Il s’agit de 2 îlots séparés par une passe et entourés d’une barrière de corail en fer à cheval. Une fois la passe franchie, on accède à un petit lagon où des corps morts permettent d’assurer un mouillage correct, bienvenus lorsque l’alizé est fort. Mais attention, l’accès au lagon est réservé aux plus téméraires d’entre vous !! Il faut bien préparer son approche en zoomant bien les cartes électroniques et en allant éventuellement vérifier avant en annexe si vous n’êtes pas sûr, car il n’y a pas beaucoup de fond et les cayes sont partout. Positionner un équipier à l’avant est absolument indispensable. Arrivez entre 11h du matin et 15 h pour avoir le soleil bien haut et mieux voir les coraux. Avancez doucement au moteur avec la main sur l’inverseur, prêt à battre arrière rapidement si nécessaire, en fonction des indications de votre équipier à l’avant. Toutes ces précautions ne sont pas de trop, je vous assure… 

Au choix, vous pouvez prendre une bouée à l'extérieur du lagon ou, pour les plus téméraires, à l'intérieur du lagon, en suivant le trajet figuré par la flêche jaune, et en étant très prudents... Pour plus de sécurité, n'hésitez pas à répérer les lieux avant en annexe...

 

Pour y être allé à plusieurs reprises, il vaut mieux tourner à droite rapidement après avoir passé la pointe de l’îlot Est, puis se diriger tranquillement vers les bouées. Je vous conseille également d’aller vérifier l’amarrage de votre bouée, avec palmes, masques et tuba. Ce ne sera pas une punition dans cet environnement !! Lisez ou relisez les conseils de mouillage aux Antilles dans ma page d’introduction sur les Antilles et l’anecdote qui m’est arrivée dans ce mouillage et les conséquences dramatiques qu’elle aurait pu avoir… Selon l’adage, un homme avertit en vaut deux…

Si l’entrée vous paraît trop scabreuse, vous pouvez rester à l’extérieur du lagon, il y a quelques corps-morts sous le vent de l’îlot Est, le mouillage est correct bien qu’un peu rouleur si l’alizé est frais, et vous rejoindrez ensuite le lagon en annexe.

Le site est magnifique, le sable superbe et l’eau est d’une pureté limpide. On trouve 2 restaurants sur la plage. Allez-y tôt en matinée ou dans l’après-midi pour y passer la nuit, car la tranquillité des lieux est parfois troublée par des catamarans de day-charter qui viennent déverser quelques dizaines de touristes pour quelques heures, venant envahir ces lieux enchanteurs qui, quelques minutes avant, semblaient vous appartenir… !!

Ne quittez pas les lieux sans être allé découvrir la beauté des fonds sous-marins au niveau de la barrière de corail toute proche, largement accessible à la nage. Le snorkeling est facile, les fonds ne dépassent pas 2 à 3 m maximum. On y voit quantité de poissons coralliens et pour les plus attentifs, les langoustes viendront chatouiller votre instinct de chasseur. Mais attention, je rappelle que vous êtes dans une réserve marine protégée !!

Pour ressortir du lagon, les mêmes précautions s’imposent, le mieux étant de repasser sur votre trace si vous disposez d’un GPS routeur/traceur qui mémorise les traces, ce qui fait maintenant partie des fonctions de base de tout équipement électronique qui se respecte. Servez vous en !! Toutefois, attention à ne pas faire une confiance excessive à votre GPS, un décalage de 2 m dans cet endroit pouvant vous conduire droit sur une patate de corail. Ne faites pas l’économie d’un équipier à l’avant !

Inutile de préciser que je déconseille fortement (voire que je considère comme impossible) toute entrée ou sortie de nuit de ce lagon… Si vous voulez quitter les Prickly Pears avant le lever du soleil où tôt le matin (par exemple pour aller aux Vierges), je vous conseille vivement d’aller vous pré-positionner sur les bouées extérieures la veille, vous dormirez mieux et vous partirez beaucoup plus détendus le moment venu…

 

Dog Island

 

En approchant de Dog Island, on se sent vite l'âme d'un Robinson Crusoé tant l'endroit est sauvage

 

Différente de Sandy Island ou des Prickly Pears, Dog Island m’évoquerait plutôt l’ile de Robinson Crusoé, tant elle est sauvage et isolée de tout, très à l’écart des routes classiques, sauf peut être pour ceux qui s’en vont ou s’en reviennent des Iles Vierges… Point de barrière de corail protectrice ; elle présente une côte NE exposée au vent et battue par les vagues et une côte SO un peu plus protégée, sauf lorsque l’alizé est fort, le mouillage qui s’y trouve, Rock Bay, restant alors assez rouleur… 

 

Malgré cela, Dog Island est une étape que vous ne regretterez pas, tant elle est déserte et sauvage. Aucune construction, une belle végétation, des oiseaux par milliers, une plage paradisiaque, qui après quelques grains pluvieux tropicaux, sera vierge de toute trace ; et vous ressentirez sûrement cette impression d’être seul au monde, trop rare de nos jours… Il y a de grande chance pour que vous y soyez le seul bateau au mouillage ce qui renforcera encore plus l’impression. Il paraît que certains day-charters y font étape, je n’en ai jamais vu, peut être ai-je eu de la chance… ? Il n'y a pas de bouées de mouilllage. On mouille sur ancre à une centaine de mètres de la plage, que l’on peut rejoindre en annexe en faisant attention au débarquement en raison des rouleaux qui peuvent rendre l’opération assez périlleuse… Là encore, allez vérifier votre ancre avant de quitter le bateau. Les amateurs de photos se régaleront, le lieu étant particulièrement photogénique.

Il n’y a pas de difficulté particulière pour arriver ou partir de la zone de mouillage, le long de la plage, sur la côte SO, au niveau d'une petite baie qui s'appelle Rock Bay. Elle est distante de l'entrée de la passe des Prickly Pears d'à peine 5 MN. 

 

Scrub Island

 

C’est un îlot situé à l’extrême NE d’Anguilla, peu décrit dans les guides et notamment dans le Patuelli. Or, c'est un mouillage magnifique, désert, avec, sur la côte sous le vent un beau mouillage au Sud-Ouest de l'île. L'eau y est très belle, et la plage de sable blanc est sublime, bordée d'une belle végétation de plantes grasses. Pas d'habitation, peu fréquentée, c'est une belle halte pour un déjeuner. 

Le mouillage est non loin de la passe entre la pointe Nord d'Anguilla et Scrub Island. La houle venant d'Ouest le rend souvent un peu rouleur. Pour les amateurs de solitude !! A ne pas manquer si vous faites le tour d'Anguilla. Attention aux rouleaux si vous approchez de la plage en annexe, ils peuvent facilement la retourner lorsque la houle est assez forte.