De Saint-Florent à Calvi

Entre Saint-Florent et Calvi, se trouve sûrement une des plus belles régions de la Corse: le désert des Agriates, à consommer sans modération...!! C'est une région entière préservée de toute urbanisation, non seulement sur le littoral mais aussi sur une bande de plusieurs kilomètres à l'intérieur des terres. Son accès par la route est donc difficile, reservé aux randonneurs émérites. Mais attention, comme dans les Bouches de Bonifacio, les vents sont souvent 1 à 2 force Beaufort supérieurs au reste de la côte Ouest, et il faudra garder un oeil sur la météo car les abris sont rares sur cette partie de la Corse. Saint-Florent est le meilleur d'entre eux et constitue une très belle étape, nichée au pied du Cap Corse. En allant vers le Sud, on trouvera L'île Rousse, et surtout Calvi, qui est une des escales les plus intéressantes de la Corse. 

 

Saint-Florent

Entre le Cap Corse et L'Ile Rousse, c'est le seul abri valable en cas de vent fort. L'accès est facile, attention cependant à ne pas trop s'approcher de la tourelle rouge qui marque l'entrée du court chenal, juste avant l'entrée du port. Un monocoque calant 2 m y a perdu sa quille...

Un appel par VHF (canal 9) à la capitainerie permet de s'assurer qu'il y a bien une place disponible. L'accueil est sympa, sans plus. Un semi-rigide du port vous accueille à l'entrée et vous guide jusqu'à votre place ou un saisonnier vous aide à amarrer (prévoir 2 amarres à l'arrière; à l'avant, c'est une pendille). Bien sûr, eau et électricité sont disponibles. Le prix est fonction de la taille du bateau, à titre d'exemple j'ai payé 55 euros la nuit en juillet 2012 pour un monocoque Oceanis 40. C'est un port assez fréquenté avec un quai d'honneur ou sont amarrés de gros yachts. Les italiens y sont très nombreux. Prévoir d'y entrer assez tôt dans l'après midi si vous voulez avoir une place, surtout si un coup de vent est annoncé. À ce moment là, il peut être judicieux d'y arriver la veille.

A terre, la petite ville de Saint-Florent est charmante. Vous y trouverez tout l'avitaillement nécessaire. Tout au bout du quai, au fond du port, en prenant à droite, on trouve 2 supérettes type Spar bien achalandées. À côté, il y a un petit Schiphandler, un autre existe à l'opposé du port, juste avant d'arriver à la jetée, du haut de laquelle on a une très jolie vue sur le golfe. Un supermarché Leclercq est situé à 2 ou 3 kms sur la route d'Oletta.

Tout au long du quai, les restaurants abondent, vous n'aurez que l'embarras du choix. Je vous conseille le restaurant "L'Europe" ou l'accueil est hyper sympa et où vous mangerez des tapas faites à base de produits régionaux corses d'excellente qualité, des entrées et des plats corses typiques. Excellent rapport qualité/prix. On nous a conseillé également "l'Auberge du Pêcheur", ou vous trouverez à la carte le poisson que le patron à pêché le matin même, mais nous n'avons pas eu le temps d'y aller... Je laisse cette adresse à votre appréciation et j'attends vos commentaires!!

Bref, cette escale est très sympa, incoutournable si vous faites le Nord de la Corse. Avant d'aller dans cette région, étudiez bien la météo ou vous risquez d'être coincés parfois pendant plusieurs jours. En Juillet 2011, certains plaisanciers y sont restés pendant 15 jours... C'est loin d'être le bagne tant le site est agreable mais ça raccourcit sacrément votre croisière...

 

Entre Saint-Florent et L'Ile Rousse: Le désert des Agriates

 

Entre Saint-Florent et L'Ile Rousse s'étend le désert des Agriates, région sauvage et préservée de toute urbanisation: pas de routes, pas de village, pas d'accès par la terre si ce n'est par le sentier littoral pour les courageux qui n'ont pas peur de marcher des heures sous une température de plomb. C'est un désert de maquis et de roches dont les couleurs varient en fonction des heures de la journée: absolument magnifique...

De Saint-Florent (cercle rouge à droite de l'image) jusqu'à L'île Rousse (cercle jaune et vert à gauche de l'image), s'étend le désert des Agriates: pas d'accès routier, pas de construction un endroit rare où la nature garde tous ses droits...

 

Même quand la météo est très favorable, attention au vent thermique qui est quotidien dans cette région. Le matin, il se lève vers 11 heure, peut atteindre 20 nœuds, mais plus fréquemment, c'est un vent de 10-12 nœuds, orienté Nord-Sud dans la baie de Saint-Florent.

Les mouillages sont très nombreux, certains étant plus fréquentés que d'autres, à chacun son plaisir... Plus ils sont protégés du thermique, plus les bateaux sont nombreux.

 

Anse de Fornali

Bien protégée du thermique, mais peu de place, accès avec prudence à cause du sec à l'entrée, nous n'avons pas trouvé ça extraordinaire, raison pour laquelle nous ne nous sommes pas arrêtés... Sûrement très bien hors saison quand il y a moins de monde.

 

Anse de Vaggio

Au Sud du site plus connu de Fiume-Sentu, voilà typiquement le mouillage du désert des Agriates: une petite plage superbe, bordée de rochers avec le maquis en arrière plan. Juste en arrière de la plage, un étang, bordée de plantes aquatiques. Le 18 Juillet 2012, nous y avons été seuls pendant toute la journée. Moins de 10 personnes sur la plage, tous des marcheurs venus à pied de Saint-Florent. Attention à ne pas trop s'approcher car les fonds remontent vite. Il faut bien rester dans l'axe central de la plage car des rochers débordent largement de chaque côté dont certains affleurent. C'est un de nos coups de cœur, je vous la recommande!

Un peu vers le NO, l'anse de Fiume-Santu, plus protégée du thermique, de façon étonnante car elle n'est pas très profonde, mais beaucoup plus fréquentée par les bateaux à moteur, les yachts impressionnants et les voiliers. Personnellement, j'évite...

 

Anse de Loto

Grande baie, belle plage mais malheureusement bien trop exploitée: lignes de bouée marquant les zones de baignade, bouées de chenaux pour des dizaines de navettes et de taxi-boats déversant leurs centaines de touristes toute la journée. à fuir...

Heureusement, vous trouverez un petit mouillage à l'Est de Loto qu'on appelle "Petit Loto", juste derrière la Punta Cavallata, beaucoup plus sauvage et moins fréquenté. La côte rappelle les Seychelles avec de gros rochers arrondis par l'érosion. Moins protégé de l'Ouest que la grande plage de Loto, c'est un mouillage de beau temps qui est magnifique avec de l'eau d'une couleur incroyable! La nuit, un petit thermique place le bateau travers à la houle et vous apprécierez (ou non...) vous faire bercer pendant votre sommeil. L'ancre tient bien dans des fonds de sable de 5m.

 

Anse de Saleccia

Une des plus belles plages de Corse paraît-il, c'est vrai que le site est superbe, longue plage de sable blanc, mais elle est aussi très fréquentée. Pas de grosses navettes à touristes, mais des taxi-boats et beaucoup de bateaux. Peu de gens dorment à Saleccia, craignant soit un thermique nocturne violent, soit un coup de vent d'ouest, la plage étant très exposée. Le mouillage est un peu rouleur. Pour profiter de Saleccia, il faut s'y rendre tôt le matin ou y rester tard le soir. Au NE de l'anse, à la limite entre la plage et les rochers, il y a beaucoup moins de monde

 

Anse de Trave

Mon VRAI coup de cœur, surtout si on peut y rester la nuit. Dans ce cas, arriver en fin d'après-midi, au moment ou les bateaux à moteur s'en vont. Ce n'est pas de l'ostracisme de ma part mais les "motoristes" ont toujours cette fâcheuse habitude de s'approcher le plus possible de la plage pour débarquer en se mouillant le moins possible!! Avec glacières et tentes de plage de surcroit... Impossible d'y faire la moindre photo avant 18h!

Un vrai coup de cœur car c'est une petite mais large plage avez de beaux rochers blancs à chaque extrémité, entourée de maquis ou se prélassent quelques vaches et veaux sauvages. C'est pour moi la plage emblématique du desert des Agriates ou en tout cas celle qui représente le mieux ce qu'on peut s'imaginer en préparant sa croisière. On y mouille dans 4m de fonds de sable. L'eau y est particulièrement transparente, point besoin de masque et tuba pour vérifier que votre ancre est bien enfoncée! La nuit, un petit thermique un peu frais descend des reliefs environnants et fait tourner le bateau... Pour moi, un vrai petit air de paradis... À faire absolument! Nous y avons dormi avec un autre monocoque pour seul compagnon, un vrai bonheur. Pas âme qui vive jusqu'à 10 heures du matin.

 

Anse de Guignu

La grande sœur de Trave, une vraie beauté également, pour moi sans aucun doute les 2 plus belles plages du désert des Agriates, quand on aime un peu de solitude dans un cadre sauvage et c'est un peu ce qu'on vient chercher quand on cabote par ici. Elle est plus grande que Trave, peut être un plus ouverte à l'Ouest. le maquis qui l'entoure est de toute beauté. On mouille dans des fonds de sable à 4m de bonne tenue. À son extrémité SO, un petit creux permet à un bateau calant peu de venir s'y isoler.

 

Marina di Malfalcu

C'est une petite calanque peu profonde que l'on repère de loin grâce à une pinède au sommet de la colline qui domine le fond de la crique. Attention à un haut fond à 2m qui déborde largement la pointe Est, entrer bien dans l'axe. Tout au fond de la crique, une plage minuscule assez jolie. Attention à aller vérifier le mouillage, le fonds a 3m est constitué de roches et de sable et la tenue de l'ancre est médiocre, indispensable si vous comptez y passer la nuit. L'intérêt est d'essayer d'y être seul pour profiter du calme absolu et de la beauté du paysage. En restant bien dans l'axe, on peut s'avancer assez loin mais attention, les fonds remontent très vite de 3m à 0,5m.

 

En continuant vers L'Ile Rousse, le dernier mouillage répertorié dans les guides est la Marina d'Alga, je n'y suis pas allé car la météo m'a encouragé à descendre plus vite que prévu vers l'Ile Rousse ou Calvi. L'Ile Rousse n'ayant pas l'air d'être très équipée pour recevoir les plaisanciers si on en croit les Pilot Charts, j'ai préféré rejoindre directement Calvi. Je garderai un excellent souvenir du désert des Agriates qu'on m'avait tant vanté, même si je m'attendais à y trouver moins de monde. Les voiliers ne sont pas les plus nombreux. Il faut se souvenir qu'il n'y a que très peu d'accès par la terre pour comprendre le nombre de bateaux à moteurs qui naviguent dans cette région. Pour les estivants de Saint-Florent, peu de plages sont accessibles facilement, sauf pour les marcheurs, et le bateau à moteur est donc le moyen de locomotion idéal pour profiter des mouillages exceptionnels de cette partie de la Corse.

 

Sant' Ambroggio

J'y suis allé contraint et forcé en raison d'une panne de démarreur. C'est une petite marina au bord d'une belle plage, malheureusement encore une fois un peu trop "urbanisée" à mon goût. Un Club Med d'un côté, des villas pas toujours de très bon goût, proches de la plage de l'autre et beaucoup de touristes au milieu, voilà le tableau de Sant' Ambroggio. Peu d'intérêt donc mais il y a là un concessionnaire Volvo Penta qui, du jour au lendemain, peut commander une pièce sur le continent et vous la livrer et la monter le lendemain et ça, c'est précieux!! Même en plein mois de juillet... je vous recommande particulièrement ce chantier si vous avez un jour un problème avec un moteur de cette marque: les Chantiers Navals de Calvi, agréé Yamaha et Volvo Penta à Sant' Ambroggio.

 

Calvi

Souvent présentée comme une étape incoutournable, je n'y étais jamais allé. J'avais lu que le port était bondé en été et qu'il était rare qu'on puisse y trouver de la place. Par ailleurs, l'acceuil y serait moyen. En fait c'est tout l'inverse qui c'est produit: arrivés vers 19 h alors qu'un coup de vent était annoncé pour la nuit même, on m'a gentiment donné une place dans le petit port de pêcheurs, juste sous la citadelle, en plein centre ville. Je m'attendais à ce que ce soit une place peu enviable car c'était une des dernières disponibles selon la capitainerie, elle s'est révélée une des mieux protégée pendant le coup de vent de SO. Un peu bruyante certes car située au niveau d'un quai bordé de très nombreuses terrasses de bars et de restaurants. Eau et électricité à tous les postes, mais pas toujours fonctionnels, veillez à prendre votre adaptateur entre grosse prise et petite prise de courant... Encore une fois, les italiens sont légion.

Arriver à Calvi ne pose aucun problème, la citadelle constitue un amère repérable de loin. Cette citadelle surplombant le port est absolument magnifique et il ne faudrait pas omettre d'y monter à pied pour trainer dans ses petites ruelles en découvrant des points de vue somptueux sur la baie de Calvi et la presqu'île de La Revellata. Le soleil couchant colore d'un rouge ocre toute la chaîne de montagne bordant au Nord la baie de Cavi. Les amateurs de photo s'en donneront à cœur joie.

La Capitainerie, pas très bien indiquée, se trouve à l'extrémité du port opposée à la citadelle. Pour un monocoque de 40 pieds, la nuit est à 60 euros en Juillet 2012. En continuant un peu plus loin, derrière le club de voile, un Super U assez grand permet de compléter l'avitaillement. Sinon, un petit Spar dans les ruelles bordant le port peut suffire pour le nécessaire. Vous n'aurez que l'embarras du choix pour les restaurants, je vous en conseille un oû la carte est variée et où l'acceuil à été très sympa, c'est La Main à la Pâte, que vous trouverez dans une petite ruelle, derrière le petit port de pêcheurs, juste sous la citadelle. Pour vos achats de produits régionaux corses, je vous conseille Annie Traiteur située dans la rue commerçante principale, la rue qui est parallèle au quai principal du port.

Calvi est vraiment une belle escale qui vaut le coup, souvent ville d'arrivée ou de départ de la traversée Corse-Continent. Elle est très fréquentée par les gros yachts qui y trouvent tous les services.