La Méditerranée

Terrain de jeu magnifique, la Méditerranée n'en reste pas moins une mer pouvant se réveler capricieuse et difficile. On peut naviguer sans problème d'Avril à Octobre tant les températures sont clémentes. Mais attention, les coups de vent sont brutaux, transformant rapidement une mer plate en un terrain accidenté redoutable où la houle est courte avec des déferlantes brutalisant violemment les bateaux. En été, ces coups de vent sont assez prévisibles et souvent annoncés avec précision plusieurs jours à l'avance. Cela ne doit pas faire oublier l'indispensable prudence et la necessité de consulter très régulièrement la météo. Passés ces conseils de bon sens, la Méditerranée regorge de sites magnifiques et vous trouverez à coup sûrs vos endroits de prédilection à force d'en explorer ses côtes découpées. 
Pendant la belle saison, c'est un peu la loi du tout ou rien: soit il y a pétole, la mer à peine agitée par quelques ridules, soit c'est le mistral qui souffle, vous contraignant à vous arrêter parfois plusieurs jours en attendant que ça passe!! Vous en profiterez alors pour découvrir l'intérieur des terres à condition de pouvoir laisser le bateau en sécurité. Voilà donc une des difficultés lors de la préparation de votre croisière: il vous faudra identifier et répertorier les étapes de jour et celles de nuit. Pas forcément facile en pleine saison en raison de la saturation des ports.
Sorti de ce schéma un peu simpliste du tout ou rien, il faudra jouer avec les thermiques, ces vents générés par la différence de température entre la mer et les terres environnantes. La nuit, ces brises sont de terre; la journée, les brises seront de mer et se lèveront en fin de matinée pour être au plus fort vers 14-15h, les heures les plus chaudes de la journée. Elles peuvent atteindre 15 à 20 noeuds. Composer avec ces vents évite de faire trop de moteur et développe votre sens de l'observation pour profiter des risées et  jouer avec les effets de côtes. N'oubliez pas la maxime: c'est dans le petit temps qu'on reconnait les grands marins !!! 
La corse est incontestablement un des tops des croisières que vous pourrez faire. Ses mouillages somptueux trustent souvent les places de choix dans les classements des plus beaux mouillages du monde !! Traverser du continent vers la Corse n'est pas difficile à condition de bien choisir sa fenêtre météorologique. De Port-Cros, avec un cap sur la Presqu'île de la Scandola, vous effectuerez 100 MN et il vous faudra compter environ 20h de traversée. L'idéal si vous êtes marin est de partir en queue de mistral, vous aurez quelques heures au portant dans une mer parfois un peu difficile mais sur une allure encore assez confortable. Si vous êtes moins téméraire, partez en période de calme mais vous ne couperez pas à de longues heures de moteur. Ouvrez l'oeil, il n'est pas rare de croiser des baleines et surtout des dauphins qui sont nombreux sur ce trajet. On voit également fréquemment les ailerons de poissons-lunes, qui vous ferons hésiter avec des requins, des chasses de bonites et de thons repérables par les oiseaux chassant à la surface de l'eau. 
Mais attention également la nuit aux navires qui vous entourent. La Méditerranée est fréquentée, surtout en haute saison, par toutes sortes d'embarcations: pêcheurs, plaisanciers à moteur ou à voile, bateaux de croisière, lignes régulières de transports de passagers, cargos et autres bateaux commerciaux. Lançés à 20 noeuds, ils arrivent sur vous en 15 à 20 min à partir du moment ou vous les voyez apparaître à l'horizon et vous aurez parfois des difficultés à estimer leur cap et leur vitesse, le jeu consistant à savoir s'ils vont passer devant ou derrière vous !! Il faut donc absolument s'astreindre à faire un tour complet d'horizon tous les 1/4 d'heure. Un système radar ou AIS (ou les 2 !!) est vivement recommandé. 
Vous pouvez choisir de partir en fin de matinée, auquel cas vous arriverez sur la Corse au petit matin avec le lever du soleil, souvent magnifique sur les reliefs de l'Ile de Beauté. 
En Corse, les brises thermiques sont quasi constantes et vous aurez fréquemment Force 3 à 4 voire 5 dans l'après-midi vers 15h. Les vents se calment en fin d'après-midi vous assurant des soirées tranquilles. Mais attention, la nuit, la brise de terre peut engendrer des rafales catabatiques violentes qui descendent des reliefs : attention au rayon d'évitage!! Souvent ce thermique nocturne est leger mais suffit parfois à changer l'orientation du bateau qui se met travers à une petite houle résiduelle, transformant votre mouillage de rêve en cauchemar bruyant, les verres et autres ustensiles se mettant à voyager dans vos équipés !! 
En choississant de faire vos navigations le matin ou l'après-midi, vous pourrez donc choisir vos conditions, ce qui est appréciable, surtout si vous voyagez avec des enfants: le matin, vous avez de grandes chances d'être au moteur, l'après midi, c'est toutes voiles dehors, à la gîte, avec parfois 1 ris que vous regalerez votre équipage!!. 
C'est encore en Corse qu'on appréciera au mieux les effets de côte: en 2011, nous avons navigué en famille sur la côte Ouest de la Corse pendant 3 semaines avec des conditions de vent souvent entre 3 et 5 quand les BMS annoncant 7 à 8 Beaufort se succédaient de jour en jour au Nord au niveau du Cap Corse et au Sud dans les Bouches de Bonifacio. Certains bateaux se sont retrouvés bloqués 10 jours à Saint-Florent tant les conditions météo étaient impropres à la navigation !! Dans les Bouches, comptez toujours 1 à 2 force Beaufort de plus que sur la côte Ouest car l'effet Venturi accélère le vent dans l'entonnoir entre la Corse et la Sardaigne. 
Bref, quand vous préparez votre itinéraire, veillez toujours à programmer des mouillages de jour et des étapes de nuit, plus protégées, et ayez toujours une solution de repli au cas ou la météo se dégraderait plus vite que prévu. 
 

Choix du bateau en Méditerranée

Si je plébiscite le catamaran aux Antilles, mon choix se fait sans hésitation vers un monocoque en Méditerranée. La raison principale en est la saturation des ports sur la côte varoise (la plus belle selon moi) et en Corse. De ce fait, les catamarans y sont rarement acceptés, ou alors à des prix dissuasifs. Ce n'est pas grave me direz vous, on est là pour faire des mouillages sauvages en cherchant les endroits peu fréquentés !!. Certes, et vous aurez raison mais il ne faut pas oublier les violents coups de vent qui peuvent durer plusieurs jours. En monocoque, à condition d'anticiper, il sera quasiment toujours possible de trouver une solution dans un port. Alors qu'en catamaran, vous vous retrouverez au mouillage, stressé de déraper, n'osant pas quitter le bateau, en attendant que ça passe. Avec des enfants, ça devient vite pénible, surtout s'ils ne peuvent pas quitter le bord facilement. Sur 3 semaines de croisière, vous avez toutes les chances de subir au moins un coup de vent qui peut durer 3 jours... En Juillet 2011, nous avons ainsi été bloqués 3 jours à Propriano où le personnel du port, très accueillant, s'est arraché les cheveux pour nous trouver une solution nous permettant d'être à l'abri. Cela nous a permis de louer une voiture et d'organiser un pique-nique au bord d'un torrent au calme à l'interieur des terres alors que les catamarans surveillaient leur mouillage pendant toute la durée du coup de vent !! Par ailleurs, en méditerranée, la grande majorité des plages ne sont pas accessibles très près en raison des bouées de zone de baignade interdisant aux catamarans d'aller mouiller dans 1m50 d'eau... 

Bref, vous l'aurez compris, les catamarans ne sont pas trop les bienvenus dans les ports de la Méditerranée et de la Corse bien que les mentalités commencent à bien évoluer face à la tendance actuelle de bateaux plus spacieux, plus grands, plus stables...